J’avais promis une Sad bad-ass: La voici.