Bon, heu… ok, ça commence à être un peu perturbant tout ces morceaux de Marassa dans la pièce, alors on va essayer de clarifier.

Eshu: Réceptacle de la moitié de l’âme du Marassa. Sans l’âme, le corps n’est qu’une poupée vide  et inanimée.
Le coeur de pierre qui était dans Eshu. Mojo de la moitié de l’âme du Marassa, vrai réceptacle de la moitié de l’âme, du coup, lie l’âme au corps dans lequel elle est placée.
Le corps du Marassa: Restes mortels du Marassa mort sur le bûcher, régulièrement régénéré par les guérisseurs. Il n’est pas conscient, mais comme les Morts qui Marchent, peut agir ou parfois réagir à ses stimulis. Il ne contient pas l’âme du Marassa, mais ses dernières sensations et émotions. D’où le côté un peu torturé.
Le jeune homme sexy de cette page: âme du Marassa, avait été placé dans le corps de la poupée de bois et formait donc la « charmante » personnalité d’Eshu et son caractère facile à vivre.
Le Sorcelier: Autre moitié du Marassa, qui s’est en gros auto-mort-qui-marcherisé et a planqué son âme quelque part, mais pas très bien.

Mojo: Poupée contenant actuellement l’âme du Sorcelier.

… en fait, je suis pas sûre que ça ait clarifié quoique ce soit.
(Oui, à un moment, je m’étais fait un schéma, parce que même moi, je m’y perdais).

(Et pour le détail: Oui, c’est la vraie apparence de Sad/ Sadiah, quand elle est morte à 14 ans. Non, je lui ai pas mis le poncho, elle porte le khanga avec lequel Sunday a cousu sa robe. Oui, je met trop de détails qui ne servent à rien, je sais.)